Accueil du site > L’Ensemble K > « CHARLIE », opéra de poche de Bruno Giner | Contact |

« CHARLIE », opéra de poche de Bruno Giner

d’après « Matin Brun » de Frank Pavloff


Dans CHARLIE, le dispositif économe (une voix et cinq instruments) et le format ramassé relèvent de l’opéra de poche des années vingt que le compositeur Bruno Giner pointe çà et là par de brèves allusions et citations (chanson de cabaret, musique de Kurt Weil, rythme de jazz…) au sein d’un langage contemporain volontairement éclectique.

L’ENSEMBLE K, qui aime à bousculer la forme traditionnelle du concert en la confrontant à d’autres arts, a déjà collaboré avec le compositeur qui s’est inspiré ici de "Matin Brun", une courte nouvelle de Franz Pavloff qui décrit la montée d’un régime totalitaire, et l’absence de réaction de deux jeunes gens - Charlie et un ami - qui vont laisser filer le temps jusqu’à l’inévitable étranglement.

Distribution :

Amandine Trenc, chant

Elodie Haas, violon

Xavière Fertin, clarinette

Thérèse Bussière-Meyer, violoncelle

Sébastien Dubourg, piano

Grégory Massat, percussion

Metteur en scène : Christian Rätz


Lumière et technique : Anthony Auberix

Production :

Ensemble K / Coproduction : CCAM - Scène nationale de Vandoeuvre-lès-Nancy

Soutien :

Région Grand Est, SPEDIDAM, l’Agence culturelle Grand Est, le PréO (2017-2018), DILCRAH, CGET, DRAC Grand Est (2019)

Teaser : https://youtu.be/z0TKSFed_Uc réalisation Zélie Chalvignac

Ce spectacle rassemble les différents aspects de la démarche artistique de l’Ensemble K tout en collant à une actualité brûlante. Au moment où l’Europe traverse de graves crises de conscience, doit choisir entre générosité et sécurité, populisme et démocratie, où les nationalismes et régionalismes se réveillent, nous souhaitons amener le public, et notamment les jeunes générations, à une prise de conscience, à la réflexion, au débat, dans l’engagement qui est le nôtre : à la fois esthétique, culturel et historique.

En savoir plus :

La genèse du projet

La collaboration entre l’Ensemble K et Bruno Giner ne date pas d’hier, leur intérêt commun pour la mise en valeur des musiques nées en camps de concentration les a fait se rejoindre à plusieurs reprises : au Mémorial de la Shoah, à Nancy pour le Concours national de la Résistance. Bruno Giner intervenait alors comme spécialiste suite à la publication de sa chronique historique « Survivre et mourir en musique dans les camps nazis » tandis que les musiciens proposaient des illustrations vivantes. Il a également publié « De Weimar à Terezin ». Mais Bruno Giner est également compositeur et il a été inspiré en 2003 par la nouvelle de Frank Pavloff, « Matin Brun ». Cette courte nouvelle décrit la montée d’un régime totalitaire, et l’absence de réaction de deux jeunes gens - Charlie et un ami - qui vont laisser filer le temps jusqu’à l’inévitable étranglement.

Forme et langage de l’opéra de poche

Charlie est une sorte de fable musicale contemporaine à un seul personnage (le copain de Charlie) où se côtoient récitatifs, chansons, slogans, airs, chœurs parlés ou chantés, collages, citations… Issu des petites formes opératiques des années 1920/30, le dispositif économe d’une voix et cinq instruments (violon, violoncelle, clarinette, percussions, piano) révèle diablement efficace pour faire circuler l’énergie sur le plateau, lorsque les musiciens commentent, chantent, lancent des slogans. La musique recèle une variété de timbres prodigieusement inventive, et reste facilement abordable par un public non mélomane.

Cette pièce répond à plusieurs problématiques qui taraudent nombre d’artistes, de compositeurs et de directeurs de scènes : comment porter musicalement un texte qui a du sens ? Comment mettre en résonnance musique savante et musique populaire ? Comment métisser le langage musical sans tomber dans le désuet ou le plagiat ? Quel rôle pour les instrumentistes dans la dramaturgie ? Et plus particulièrement en ce moment, comment mettre en garde - les jeunes générations notamment - contre les dérives totalitaires ?

Projet engagé

Au moment où l’Europe traverse une grave crise morale, doit choisir entre générosité et sécurité, populisme et démocratie, où les nationalismes et régionalismes se réveillent, nous souhaitons amener le public, et notamment les jeunes générations, à une prise de conscience, à la réflexion, au débat, dans l’engagement qui est le nôtre : à la fois esthétique, culturel et historique.

Il y a actuellement de la part du gouvernement et des municipalités une forte demande d’actions pour lutter contre la montée de l’extrême droite et ses dérives : racisme, antisémitisme, xénophobie et homophobie.

Cette pièce tente de mettre en garde - les jeunes générations notamment - contre les dérives totalitaires, de les amener à une prise de conscience des mouvements de haine et de rejet apportés par ces extrêmes, par un travail de réflexion autour du thème de « Matin Brun », et des implications actuelles de la montée des extrémismes religieux et politiques.

La création scénique

Elle a eu lieu au CCAM de Vandoeuvre-lès-Nancy (54), co-producteur,
 le dimanche 11 février 2018

En lever de rideau, l’Ensemble K a accueilli le public au bar du CCAM "autour de Kurt Weill", re-créant l’ambiance musicale du cabaret berlinois avant 1933… https://www.facebook.com/CCAMscenen&hellip ;

Paroles de spectateurs

« Nous avons beaucoup apprécié votre spectacle et en particulier le prélude "style cabaret" qui nous a enchanté (beau choix des pièces jouées et bonne interaction avec le public). Nous trouvons que votre spectacle fait hélas très bien écho à l’actualité (conformisme et fatalisme mais aussi obsession de la sécurité ambiants). Il est donc salutaire pour contribuer à la prise de conscience des dérives sociales et politiques actuelles. Nous avons beaucoup aimé l’économie de moyens de la mise en scène, inventive et efficace (anxiogène à souhait). L’interprétation musicale était formidable. Bravo aux musiciens capables de concilier jeu musicale et théâtral ! La voix et le jeu de la chanteuse principale, Amandine Trenc, forcent l’admiration. » Emmanuel Ska

« J’ai beaucoup aimé "Charlie", dernière production de l’ensemble K en collaboration avec le compositeur Bruno Giner et adaptation musicale de la nouvelle "Matin Brun" sur l’émergence du totalitarisme. Très vite on se laisse prendre par ce spectacle riche et sensible qui se situe entre le théâtre et le chant sans être pour autant de l’opéra. La mise en scène, la musique de Bruno Giner, la voix de la Soprano Amandine Trenc nous donne à voir, entendre et finalement ressentir nos faiblesses et nos compromissions. Si vous avez par chance l’occasion d’assister à ce spectacle, n’hésitez pas à amener vos enfants, les grands et les moins grands. » Marie M


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette